L’intuition : talent hors du commun ou capacité cachée ?

L’intuition apparaît pour beaucoup comme un don inné, relevant parfois du domaine de la parapsychologie. Et pourtant, nous sommes tous doués d’un sixième sens, une petite voix intérieure capable de nous guider dans les situations les plus inextricables. Chez certains, l’intuition est une seconde nature, chez d’autres (la majorité !), il s’agit plutôt d’une capacité mise en sommeil. Oui, mais comment la réveiller ? En privilégiant l’écoute de soi… et de ses émotions.

Comment définir l’intuition ?

D'où vient l'intuition, et comment se manifeste-t-elle ?

Nous entendons touts parler de l’intuition, et envions parfois ceux qui paraissent en être doués. Mais savons-nous vraiment comment elle fonctionne ?

Nous avons tous une idée plus ou moins précise de ce que peut être l’intuition, sans toujours réussir à la définir avec précision. Et pour cause : l’intuition, par nature, échappe à toute tentative d’analyse !

Essayons tout de même. Trait de génie pour certains, sixième sens aux frontières du paranormal pour d’autres, concept philosophique pour de grands penseurs, tels que Bergson ou Kant…  L’intuition peut aussi se déguiser en coup de chance ou en bluff !

On la décrit également comme cette voix intérieure qui fait surgir en nous la réponse à un problème complexe que tout le monde recherchait en vain. Ou encore cette boussole intime qui nous permet de prendre les bonnes décisions quand tout concourt à nous faire perdre le nord. Bref, c’est une capacité à être à l’écoute et trouver des solutions, parfois originales et inattendues, sans passer par la case « logique rationnelle ».

Quand la science se passionne pour notre intelligence intuitive

L'intuition fait un voyage spécifique dans notre cerveau, que les scientifiques s'occupent aujourd'hui de retracer.

Comment l’intuition prend-elle naissance dans notre cerveau ? C’est la question passionnante à laquelle les spécialistes des neurosciences s’attellent actuellement.

L’intuition se définirait donc en réalité comme un mécanisme inconscient, qui agit sans que nous ayons de prise sur lui. Un mécanisme qui passionne d’ailleurs de plus en plus la recherche scientifique, pourtant friande de logique. Jusqu’à chercher à cartographier le chemin parcouru par l’intuition dans notre cerveau, comme l’explique Daniel Goleman dans son livre L’Intelligence émotionnelle : l’intuition suivrait selon lui une « route basse », traversant des structures connues pour fonctionner sur pilotage automatique, telles que le cortex cingulaire antérieur, le cortex ventromédian et le cortex orbitofrontal.

En passant par ce raccourci mental ultra-rapide, l’idée prend la forme d’une fulgurance. C’est la « révélation ». Ou plutôt, une façon efficace de prendre une décision rapide quand notre environnement nous empêche de réfléchir sereinement. Quand nous ne disposons pas de suffisamment d’éléments pour analyser le problème qui se présente. C’est pourquoi une personne intuitive se fiera volontiers à sa première impression.

Devinez quoi ? Une étude menée en 2002 par le département de psychologie de l’université d’Austin, au Texas, démontre que ces premières impressions sont non seulement fréquemment valables, mais qu’elles concordent également avec celles des autres participants à l’expérience ! « Si les volontaires ont de longues minutes pour réfléchir et délibérer, on observe qu’ils se trompent plus souvent« , concluent les auteurs de l’expérience. Ce qui signifierait que dans certaines situations, nos pensées intuitives nous aiguillent plus sûrement qu’un long et laborieux processus rationnel.

Nos émotions, carburant du moteur intuitif

Rester à l'écoute de ses émotions, pour rester à l'écoute de son intuition ?

Notre intelligence émotionnelle joue un grand rôle dans le fonctionnement de l’intuition et notre façon de la percevoir.

Comment se déclenchent nos intuitions ? Selon le chercheur en psychologie Christophe Haag, on trouve deux mécanismes à l’origine de l’intelligence intuitive dans le cerveau humain. Le premier est directement lié à notre expérience. Quand nous nous retrouvons dans une situation mille fois vécue, c’est elle qui nous guide en court-circuitant la pensée logique et analytique. On a coutume de dire alors que l’expérience parle. Et quand la situation est totalement nouvelle ? C’est alors notre mémoire qui prend le relais. Et, en particulier notre mémoire émotionnelle. Mais dans les deux cas, c’est notre expérience émotionnelle qui entre en jeu.

L’intuition irait même au-delà de la simple recherche dans notre banque de données intime. Elle relève d’un réflexe adaptatif : celui qui nous permet d’adopter la meilleure posture dans une situation totalement inédite en nous appuyant uniquement sur nos perceptions. De l’intuition à la prédiction… il n’y a qu’un pas !

Une personne intuitive, qu’est-ce donc ? Ni extra-terrestre, ni super-héros de blockbuster, celui qui sait marcher « au feeling » entretient en fait un lien particulier avec ses émotions. Il les accueille et les accepte, quelle que soit leur nature. Et sait leur faire confiance, quand cela s’impose, pour donner naissance à ce pressentiment qui lui fournira l’indice manquant. La bonne nouvelle pour tous ceux qui désespèrent de réveiller un jour ce talent caché ? L’intuition n’est pas réservée à une élite, c’est un don sacré dont nous sommes tous dépositaires. Développer son intuition se trouve donc à la portée de tous !