L’astrologie : cette science de l’homme qui nous propulse vers les étoiles

Charlatanisme pour les uns, art ésotérique pour les autres, l’astrologie fait fréquemment l’objet de ce malentendu fondamental qui imposerait un langage identique entre l’astronome et l’astrologue. La science des astres et de leur langage n’est pourtant pas, à la façon des mathématiques ou de la physique, une science dure. Elle offre de nouveaux rivages à l’esprit humain, lui permettant de s’ancrer, mais aussi de s’arracher à la gravité terrestre. Ainsi l’astrologie nous connecte-t-elle intimement à l’univers dont nous sommes issus et où la vie a trouvé à se développer.

Horoscope et astrologie, une guerre du temps

L'astrologie, un art qui prend son temps

L’astrologie obéit aussi aux lois du temps, au mépris de notre époque obsédée par l’instant…

Dans notre quotidien surmené, le chaman urbain se propose de nous guider vers le mieux-être.

Quel crédit accorder aux horoscopes de nos journaux quotidiens ou de nos magazines ? D’après Patrick Giani, il est limité. L’horoscope quotidien ou hebdomadaire fait souvent l’objet de textes randomisés : des phrases passe-partout, correspondant à tout le monde et personne, disposées dans un ordre aléatoire.

Même quand ils sont rédigés par des spécialistes (ou du moins, des personnes compétentes), l’horoscope pose le problème de la temporalité : les corps célestes ne voyagent pas suffisamment vite pour que leur prétendue influence sur nous puisse se modifier d’un jour à l’autre. Les planètes dites « rapides » (du soleil à Vénus) bougent toutefois suffisamment pour qu’un véritable astrologue puisse en tirer des conclusions pertinentes d’une semaine à une autre.

Astrologues et astronomes : la querelle des zodiaques

En astrologie, la position des constellations diffère des observations astronomiques

A quel zodiaque se vouer, celui des astrologues, ou celui des astronomes ?

Pourquoi l’astrologie fait-elle si fréquemment l’objet de défiance, notamment de la part des scientifiques ? C’est que le référentiel sur lequel s’appuie les astrologues, leur zodiaque, n’est pas celui des astronomes.

  • Ces derniers se basent en effet sur la position réelle des 13 constellations (nos 12 signes du zodiaque, plus le serpentaire), et la place qu’elles occupent dans le ciel.
  • Le référentiel de l’astrologue est tout autre : 12 signes du zodiaque, occupant chacun une portion de ciel équivalente à 30° par rapport au soleil.

Le référentiel des astrologues impose donc des dates et des durées différentes par rapport au zodiaque des astronomes. Ce qui signifierait que les premiers ont forcément tort, et les seconds, toujours raison ? Considérons plutôt la vision de Patrick Giani expliquée sur le site de l’association de formation à l’astrologie Jupitair : « […] Lorsque les astronomes disent aux astrologues occidentaux qu’ils se trompent puisqu’ils se basent sur un « faux zodiaque » c’est comme si un Français disait à un Anglais que sa mesure des distances est erronée puisqu’il utilise les miles au lieu des kilomètres. Dites-vous bien que, à partir du moment où des milliers de personnes partagent et utilisent un référentiel, celui-ci EXISTE et vit dans leur esprit. »

Ces planètes qui vivent en nous

L'astrologie nous aide à trouver le lien qui nous unit à l'univers

L’astrologie décrit moins l’influence des planètes sur notre destinée, que la manière dont nous pouvons orienter notre vie en fonction de la manière dont le ciel vit en nous.

Pourquoi devrions-nous considérer l’astrologie comme une science humaine ? Dans le Traité d’astrologie contemporaine de Didier Bétourné et Zoé Fachan, l’astrologie est décrite avant tout comme un art du sens. Celui que les hommes ont investi, depuis des siècles, dans les corps célestes et leurs mouvements. Le zodiaque des astrologues est ainsi une construction mentale typiquement humaine. Elle permet non seulement aux astrologues de dialoguer entre eux, mais aussi de créer le récit de l’Homme (et de chaque individu) dans sa vie, dans son monde, dans son univers. De l’inscrire dans un phénomène global : phénomène de société, mais aussi phénomène naturel.

Comme d’autres sciences humaines telles que la philosophie ou la sociologie, l’astrologie permet à l’homme de mieux se connaître, mieux se comprendre. Elle nous guide à travers une compréhension plus fine de notre entourage, nous inspire de nouvelles voies d’existence. Elle sait aussi s’associer à d’autres disciplines issues de la spiritualité, mais aussi de la sphère des sciences humaines.

Loin de toute idée d’influence « magique » des planètes et des constellations sur le cours de nos vies, les objets célestes qui président à notre naissance vivent avec nous, vibrent en nous. L’astrologie est l’un des arts qui nous permet de tisser ce lien essentiel entre nous et l’univers. De trouver notre juste place dans les forces de la nature, et d’en tirer l’énergie, la puissance et la sagesse qui nous permettent de tracer le plus juste chemin.

Dernière inspiration, « pour la route », l’entretien éclairant organisé par Bonheur Factory avec Patrick Giani, astrologue humaniste